Un migrant qui craignait de se noyer dans la tragédie de la Manche a téléphoné à un ami pour lui dire : ” Ce n’est pas bon, le moteur n’est pas assez puissant – je ne sais pas si nous allons y arriver. ” Mohammad Aziz, 31 ans, n’a pas été entendu parler depuis son appel frénétique à un compatriote kurde irakien, Peshraw Aziz. Il a déclaré hier soir au Daily Mail depuis son camp de Calais : ” Il craignait que le bateau ne coule. ” Pendant ce temps, d’autres migrants ont raconté à quel point ils craignaient pour quatre jeunes Afghans également portés disparus à la suite de la catastrophe de mercredi qui a fait au moins 27 vies. Riaz Mohammed, 12 ans, son parent Share Mohammed, 17 ans, et deux autres adolescents, Palowan, 16 ans, et Shinai, 15 ans, faisaient partie de ceux qui ont tenté la traversée périlleuse ce jour-là. Des amis qui n’ont pas pu les contacter hier ont déclaré qu’ils étaient craignaient qu’ils ne soient parmi les morts. Un ami a montré une vidéo TikTok tournée lundi de Riaz and Share, de Jalalabad, portant des gilets de sauvetage sur la plage alors qu’ils se préparaient pour une tentative de voyage en Angleterre. Une femme enceinte figurait parmi les 27 qui ont péri . Les responsables ont déclaré que les morts comprenaient 17 hommes, sept femmes, deux garçons et une fille. Hier, un volontaire de sauvetage qui a aidé à retirer six corps de la mer mercredi a comparé la scène horrible à un film catastrophe. Charles Devos, qui a été l’un des premiers à arrivent, a déclaré: “C’était un peu comme le film Titanic quand vous avez vu tous ces gens plonger dans l’eau, se noyer, sans aucun moyen de pouvoir être secouru.” « Malheureusement, nous n’avons pu récupérer que les morts. » Riaz Mohammed, 12 ans, son parent Share Mohammed, 17 ans, photographié portant des gilets de sauvetage sur la plage avant la traversée qui a entraîné la mort de 27 personnes La police française transporte sur une civière un corps non identifié découvert au large de la plage de Sangatte, le lendemain du 27 des migrants sont morts lorsque leur canot s’est dégonflé alors qu’ils tentaient de traverser la Manche, à Sangatte, près de Calais, en France, le 25 novembre 2021 Le mari d’une irakienne raconte comment le gonflable des migrants a disparu du GPS alors qu’il regardait le mari d’une irakienne craignait parmi les 27 personnes décédées dans la Manche a raconté comment le pneumatique des migrants a disparu du GPS alors qu’il regardait. Maryam Nuri, de Ranya dans le nord du pays, serait l’une des victimes du chavirement du bateau fragile qui a coulé au large de la côte de Calais mercredi au milieu d’une mer agitée et de températures froides.Son mari, qui ne voulait pas être nommé, faisait partie de ceux qui attendaient avec impatience des nouvelles de leurs proches après que des canotiers aient traîné t il corps de 17 hommes, sept femmes et trois enfants de l’eau.Un immigrant kurde vivant en Grande-Bretagne, il a dit au Telegraph comment il a essayé de suivre le voyage de sa femme de la France au Royaume-Uni, avant que son signal ne tombe soudainement.’Elle n’est pas au Royaume-Uni, ce qui signifie qu’elle est partie. C’est très triste pour moi et pour tout le monde », a-t-il déclaré. « J’étais en contact permanent avec ma femme et je suivais son GPS en direct. Après quatre heures et 18 minutes à partir du moment où elle est entrée dans ce bateau, je pense qu’ils étaient au milieu de la mer, puis je l’ai perdue. Était-ce une valve qui s’est desserrée ou a-t-elle heurté un objet ? Je pense que c’est dû à une surcharge. “N’oubliez pas, vous pensez que la mer est calme – la mer n’est pas calme parce qu’elle est presque toujours agitée.” M. Devos a déclaré: “Nous sommes passés à côté d’un bateau pneumatique qui était complètement dégonflé. . Le peu d’air qui restait le maintenait à flot. ‘Je ne sais pas s’il y avait des enfants, mais nous avons ramassé [the body of] une femme enceinte et un jeune homme d’environ 18 ou 20 ans. » Les garde-côtes français ont publié un enregistrement poignant de l’appel Mayday effectué après que le canot a été aperçu flottant à vide à sept milles au large de la côte de Calais. Une photographie choquante de l’embarcation gonflable fragile – décrite comme à peine plus navigable qu’une pataugeoire pour enfants – a été prise par les sauveteurs. Les deux seuls survivants de l’horreur – un Irakien et un Somalien – auraient déclaré à la police française que le canot avait été touché par un porte-conteneurs qui a perforé sa fine coque en caoutchouc et a coulé le navire. Ils étaient hier soir en soins intensifs à l’hôpital souffrant d’hypothermie. Hier soir, M. Aziz a raconté au Mail sa dernière conversation avec son ami Mohammad une heure avant le naufrage. Les deux hommes, tous deux originaires de la ville de Ranya, dans le nord de l’Irak, s’étaient rencontrés dans un camp près de Dunkerque alors qu’ils attendaient de traverser la Manche. Ils étaient tous les deux arrivés en Europe via la Biélorussie. M. Aziz, 30 ans, a déclaré: “Mohammad a décidé de tenter sa chance. Mais il m’a téléphoné paniqué et m’a avoué qu’il se demandait s’il avait pris la bonne décision. Je ne sais pas si nous allons y arriver’. C’est la dernière fois que j’ai eu de ses nouvelles. Selon les Afghans qui attendent toujours de traverser la Manche, sur la photo, deux de leurs compatriotes craignent de se noyer – Palowan, 16 (L) et Shinai, 15 (R) Les autorités françaises n’ont pas divulgué les noms des victimes et il n’y a aucune confirmation de si Mohammad Aziz est parmi les morts. Des responsables ont informé hier que le bateau transportait des Kurdes du nord de l’Irak ainsi que des migrants d’Afghanistan et d’Iran. Ils avaient vécu dans des camps, dormi à la gare de Calais et – la nuit précédant la tentative de traversée – s’étaient cachés près d’un canal. . Se référant à Riaz et Share Mohammed, l’un d’eux a déclaré: “Ils ont essayé de se faire comprendre il y a trois jours, puis ils ont réessayé hier (mercredi) – et nous n’avons plus de nouvelles d’eux depuis.” Ils ont dit que les jeunes disparus avaient fait la fête jusqu’à 100 qui partent dans trois structures gonflables. Encore une fois, il n’y a eu aucune confirmation officielle quant à savoir si leurs amis font partie des victimes, se sont rendus sains et saufs au Royaume-Uni ou ont été détenus par les Français. “Ce n’est pas bon, le moteur n’est pas assez puissant – je ne sais pas si nous allons y arriver”, a déclaré Mohammad Aziz, 31 ans, lors d’un appel frénétique à un compatriote kurde irakien, Peshraw Aziz alors qu’il tentait de traverser la Manche sur un canot fragile qui a coulé, tuant des dizaines. Un migrant du camp, Hassan, 30 ans, originaire de Kaboul, s’est vu refuser l’asile en Grande-Bretagne en juillet 2012, mais essaie maintenant de rentrer. Il a déclaré: «Mes amis Palowan et Shinai étaient sur le même bateau. Ils m’ont laissé deux messages l’autre jour, un le matin et un le soir, me demandant de les rejoindre. , « Allez au jeu ». Je n’y suis pas allé. «Je n’ai plus entendu parler – et je pense qu’ils sont morts. Mais je vais quand même continuer d’essayer. Ils avaient essayé de traverser à plusieurs reprises. L’Angleterre est si proche. ‘Des sources ont raconté au Mail comment une femme médecin a été réduite aux larmes lorsqu’elle a été confrontée aux cadavres déposés dans un hangar du dépôt du quai Paul à Calais. Aucune des victimes ne serait en possession de passeports ou d’autres documents – une tactique souvent utilisée car elle rend plus difficile le retour des migrants dans leur pays d’origine. Anna Richel, de l’association caritative française Utopia 56, qui travaille en étroite collaboration avec les migrants à Dunkerque et à Calais, a déclaré : ” Les migrants ne traversent jamais la Manche avec des cartes d’identité, donc cela pourrait prendre des semaines pour identifier officiellement les personnes décédées.