La France chauffe la guerre froide de la pêche en donnant à la Grande-Bretagne jusqu’au 1er novembre pour accorder plus de licences à sa flotte de pêche ou faire face à des représailles avec des menaces de couper les lignes électriques transmancheLa ministre parisienne de la Marine Annick Girardin a déclaré à l’UE que le Royaume-Uni avait jusqu’au 1er novembre La France a tacitement menacé de réduire l’alimentation électrique de le Royaume-Uni et JerseyLes bateaux français étaient libres de pêcher dans la zone de six à 12 milles lorsque le Royaume-Uni était dans l’UEParis veut garder l’accès mais n’a reçu que 40% des licences précédentesPar David Wilcock, correspondant de Whitehall pour Mailonline Publié: 10:16 BST, 19 octobre 2021 | Mise à jour: 11:52 BST, 19 octobre 2021 La France a menacé d’allumer un feu pendant la guerre froide de la pêche, donnant à la Grande-Bretagne moins de quinze jours pour donner à ses chalutiers l’accès aux riches eaux britanniques ou faire face à des mesures punitives. La ministre de la Marine de Paris, Annick Girardin, a déclaré l’Union européenne que le gouvernement de Boris Johnson a jusqu’au 1er novembre pour annuler le resserrement des accès post-Brexit. .Les bateaux français étaient libres de pêcher dans la zone des 6 à 12 milles lorsque le Royaume-Uni était dans l’UE, mais doivent maintenant prouver qu’ils l’ont fait auparavant. La France dit qu’elle devrait conserver le même niveau d’accès, accusant la Grande-Bretagne d’avoir violé l’accord commercial sur le Brexit. Mme Giradin aurait fixé la date limite lors d’une réunion avec Maros Sefcovic, vice-président de la Commission européenne à la tête des négociations commerciales post-Brexit, et Virginijus Sinkevicius, la commissaire chargée de la pêche. Elle leur a dit qu’elle “préparait, avec ses collègues d’autres ministères, des mesures de riposte que la France peut mettre en œuvre à partir du 1er novembre si nécessaire”, a déclaré une source au Telegraph. La France a tacitement menacé d’étrangler les alimentations électriques transmanche, ainsi que l’électricité pour les îles anglo-normandes, qui ont également restreint l’accès aux bateaux français. Les chiffres du National Grid ont montré que le Royaume-Uni a importé environ 15% de son électricité en juillet de cette année. L’électricité importée provient d’une sélection de sources, y compris des liens vers la France, la Norvège et les Pays-Bas (photo ci-dessus) Paris était furieux lorsque Jersey n’a accordé des licences qu’à 12 petits bateaux français sur 47 demandes cet été – affirmant qu’ils n’avaient pas fourni de preuves qu’ils avaient droit. La France a également déclaré avoir demandé 450 licences de pêche pour les eaux britanniques mais n’en avait reçu que 275. Les bateaux français étaient libres de pêcher dans la zone des six à 12 milles lorsque le Royaume-Uni était dans l’UE, mais doivent maintenant prouver qu’ils l’ont déjà fait. donc. La France dit qu’elle devrait conserver le même niveau d’accès, accusant la Grande-Bretagne d’avoir violé l’accord commercial sur le Brexit. Ce week-end, les pêcheurs français ont menacé de bloquer la Manche après que l’UE a refusé de soutenir la demande d’Emmanuel Macron d’une action sévère contre le Royaume-Uni. La semaine dernière, d’autres États membres de l’UE ont versé de l’eau froide sur la proposition de M. Macron de les amener à signer des représailles immédiates, acceptant plutôt une déclaration édulcorée appelant à un travail plus «technique». Cependant, la flotte française prévient maintenant qu’elle est prête à prendre les choses entre leurs propres mains. Les droits de pêche ont été l’un des principaux champs de bataille entre la Grande-Bretagne et la France dans leurs négociations post-Brexit, et l’élection présidentielle imminente de M. Macron signifie qu’il est sous pression pour avoir l’air dur. Plus tôt cette année, le différend sur les licences a conduit la France et la Grande-Bretagne à envoyer une patrouille. navires au large des côtes de Jersey, qui est une dépendance autonome de la Couronne britannique. La ministre parisienne des Maritimes, Annick Girardin, a déclaré à l’Union européenne que le gouvernement de Boris Johnson avait jusqu’au 1er novembre pour annuler le resserrement des accès post-Brexit. Les bateaux français étaient libres de pêcher dans la zone de six à 12 milles lorsque le Royaume-Uni était dans l’UE, mais doivent maintenant prouver qu’ils l’ont déjà fait. qu’ils avaient pêché dans la zone nautique de 6 à 12 milles au cours des années précédant le référendum britannique sur la sortie de l’UE. Le ministre des Relations extérieures de Jersey, Ian Gorst, a déclaré que le gouvernement de l’île avait adopté “une approche pragmatique, raisonnable et fondée sur des preuves” de la question. Les relations diplomatiques entre les pays ont récemment atteint un point bas, les ministres français menaçant même de couper l’approvisionnement en électricité. qui a déchiré un contrat français distinct. Partagez ou commentez cet article :

Leave a Reply