Les enquêteurs de l’affaire du massacre des Alpes françaises ont révélé que l’homme qu’ils ont de nouveau arrêté est le “motocycliste mystérieux” qui a été interrogé il y a sept ans. Tout en refusant de le nommer, les avocats ont confirmé mercredi qu’il était l’homme vu en train de s’éloigner de la scène du crime près du lac d’Annecy et l’air perdu. Les procureurs ont prolongé sa garde à vue aujourd’hui alors qu’ils l’interrogent sur l’attaque mortelle contre une famille britannique et un cycliste dans les Alpes françaises le 5 septembre 2012. C’était le jour où l’homme d’affaires du Surrey, Saad al-Hilli, 50 ans, sa femme Iqbal, 47 ans, et sa belle-mère Suhaila al-Allaf, 74 ans, ont été abattus dans leur voiture BMW .Le cycliste français Sylvain Mollier, 45 ans, est également décédé dans un bain de sang, après avoir été abattu à sept reprises à bout portant dans une aire de stationnement près du lac d’Annecy, dans l’est de la France. La fille d’Al-Hillis, Zeena, quatre ans, s’est cachée dans le plancher du véhicule et a été indemne, tandis que sa sœur, Zainab, sept ans, a été abattue et fouettée au pistolet mais récupérée. Les enquêteurs du massacre des Alpes françaises ont révélé que l’homme qu’ils ont de nouveau arrêté est le ” motocycliste mystérieux ” (photo, un e-fit publié en novembre 20 qui a été interrogé il y a sept ans sur le meurtre d’une famille britannique alors que sa garde à vue est prolongée. La police française a de nouveau arrêté un suspect dans le cadre du massacre par balle en 2012 d’une famille britannique et d’un cycliste français dans les Alpes après avoir ” découvert des incohérences ” dans sa déclaration (photo, la scène du crime) l’homme d’affaires du Surrey Saad al-Hilli, 50 ans, (à gauche) sa femme Iqbal, 47 ans et sa belle-mère Suhaila al-Allaf, 74 ans, ont été abattus dans leur voiture BMW le 5 septembre 2012, aux côtés du cycliste français Sylvain Mollier, 45 ans (à droite) également décédé dans le bain de sang. ‘ arrêté sur l’affaire Au cours de l’enquête, plusieurs personnes ont été interrogées mais aucune n’a été inculpée. Le frère de Saad al-Hilli, Zaid : arrêté pour suspicion de meurtre en 2013 mais libéré après que la police eut découvert qu’il n’y avait pas suffisamment de preuves pour l’accuser d’un crime. L’ancien soldat français Patrice Menegaldo : Interrogé en avril 2013 – bien que la police ait par la suite soutenu qu’il s’agissait d’un témoin, pas d’un suspect. Menegaldo s’est suicidé en juin 2014 et a laissé une note de suicide qui faisait référence à ” se sentir comme un suspect”. Prisonnier irakien connu sous le nom de MS : Interrogé après qu’il a affirmé qu’on lui avait offert “une grosse somme d’argent” pour tuer des Irakiens vivant au Royaume-Uni.L’ancien policier local Eric Devouassoux : Arrêté en février 2014 dans le cadre de la tragédie mais plus tard effacé. Tueur condamné Nordahl Lelandais: Interrogé dans le cadre de l’affaire alors qu’il était soupçonné de deux meurtres survenus à proximité. Après un examen, les autorités ont déclaré qu’elles ne pensaient plus que Lelandais était lié à l’affaire de la famille al-Hilli. Il a ensuite été reconnu coupable du meurtre du caporal Arthur Noyer, 23 ans, et fait face à un autre procès cette année après avoir admis avoir tué Maelys de Araujo, huit ans, en août 2017 – bien qu’il maintienne que les deux décès étaient accidentels. Une photo e-fit d’un “motocycliste suspect principal” avec une barbiche a été publiée en novembre 2013 et le montrait dans un casque noir distinctif, dont seulement environ 8000 ont été fabriqués. L’image, principalement produite par deux gardes forestiers qui ont brièvement parlé à l’homme, a finalement conduit à une première arrestation du motard – un homme d’affaires de la ville française de Lyon – en 2015. Il a déclaré à la police qu’il rentrait chez lui après un voyage en parapente dans les Alpes et a été libéré sans inculpation.n Mardi matin, l’homme a été de nouveau arrêté au domicile lyonnais qu’il partage avec sa femme et ses enfants. Une période initiale de garde à vue de 24 heures a été prolongée mercredi, les procureurs ayant déclaré qu’il y avait des “incohérences avec son alibi” qui devaient être être résolu.Il était soupçonné de “meurtre et tentative de meurtre”, car son avocat de la défense, Jean-Christophe Basson-Larbi, a plaidé son innocence. M. Basson-Larbi a déclaré: “Il s’agit d’une erreur judiciaire”. Mon client vit un enfer. ” Citant directement son client, M. Basson-Larbi a déclaré : ” La position de ce monsieur est toujours la même. ” Je me promenais, je suis allé dans cette région pour quelque chose de précis. Il faisait beau, il errait sur des chemins qu’il ne connaissait pas car il n’utilisait pas son GPS. “Il a croisé des automobilistes peut-être, mais il n’a pas croisé cette pauvre famille”. « n’a pas fait le lien » entre sa présence près de la scène du crime et l’e-fit lors de sa première diffusion, et c’est pourquoi il ne s’est pas manifesté initialement. Cependant, les enquêteurs ont maintenant détecté des divergences dans son témoignage lors de l’entretien dans un commissariat sécurisé de Chambéry. La procureure d’Annecy, Line Bonnet-Mathis, a déclaré dans un communiqué : Famille Hilli et Sylvain Mollier.’ Répondant à l’arrestation, le frère de la victime Saad al-Hilli, Zaid, 62 ans, a déclaré qu’il ” espérait ” que la justice l’emporterait enfin. S’adressant à MailOnline, M. al-Hilli, qui vit à Bournemouth, Dorset, a déclaré: ” Il est bon de entendre qu’il y a eu une arrestation et j’espère que quelque chose en sortira, qu’il y aura enfin une condamnation. avant de. J’espère que cette dernière arrestation n’est pas seulement pour montrer que les autorités françaises font quelque chose.’ Je suis très sceptique quant à cette enquête, mais je dois espérer que justice sera rendue. Plus tôt en 2021, des détectives (photographiés sur les lieux en septembre 2021) ont déclaré qu’ils enquêtaient sur un lien possible entre les meurtres et un gang maladroit de tueurs à gages basé à Paris La caravane et la tente utilisées par Saad al-Hilli et sa famille pendant leurs vacances au camping Le Solitaire du Lac sur le lac d’Annecy (photo d’archives)Malgré une enquête qui s’étend à travers le monde qui a impliqué 100 gendarmes français et près de 40 policiers britanniques, les responsables n’ont jamais été arrêtés, conduisant à des accusations selon lesquelles les Français considèrent maintenant le affaire comme insoluble. Mais la procureure d’Annecy Line Bonnet-Mathis a récemment confirmé que l’enquête était toujours très active. Se référant au hameau le plus proche du lieu du crime, elle déclarait à la fin de l’année dernière : ” L’affaire Chevaline se poursuit, et implique toujours un juge d’instruction. et enquêteurs.» Mme Bonnet-Mathis a déclaré que la «préservation des preuves matérielles» était une priorité et que «pour nous, ce n’est pas une affaire froide». Elle a confirmé que les médecins légistes de la section de recherches de la gendarmerie de Chambéry étaient revenus sur les lieux. Interrogée plus avant sur l’arrestation, Mme Bonnet-Mathis a déclaré : ” Il y a eu beaucoup d’arrestations dans cette affaire, il ne faut donc pas s’emballer. ” Je n’en dirai plus tant que le suspect n’aura pas été entendu. Nous avons déjà eu un suicide après une garde à vue dans cette affaire, il faut donc rester prudent et mesuré quant à son issue. “Je ne veux rien dévoiler qui identifie cette personne, ni d’où il vient”. En juin 2014, Patrice Menegaldo, ancien militaire de la Légion étrangère française, s’est suicidé à Ugine, près d’Annecy, après interrogé sur l’affaire. Il a laissé une note de suicide faisant référence aux meurtres des Alpes, à la suite de son interrogatoire par les détectives de Chambéry. La police a déclaré plus tard que son arrestation impliquait une “audience de routine d’environ deux heures”, affirmant que Menegaldo avait été traité comme un témoin potentiel du crime et non comme un suspect de meurtre. Menegaldo était l’une des nombreuses personnes interrogées dans le cadre de l’enquête, mais aucun n’a jamais été inculpé. Le frère de M. al-Hilli, Zaid, a été arrêté pour suspicion de meurtre en 2013, mais on lui a dit plus tard qu’il ne ferait l’objet d’aucune autre action après que la police eut découvert qu’il n’y avait pas suffisamment de preuves pour l’inculper d’un crime. Les frères, nés de parents de la classe moyenne en Bagdad avant que la famille ne déménage en Grande-Bretagne en 1971, avait entretenu une relation étroite. Mais ils se sont brouillés à propos de la maison familiale héritée de leur mère, décédée en 2003. Les frères Saad et Zaid al-Hilli avaient entretenu une relation étroite. Mais ils se sont brouillés à propos de ce manoir détaché Tudor d’un million de livres sterling à Claygate, dans le Surrey, hérité de leur mère, décédée en 2003 L’ancien policier local Eric Devouassoux, un tireur d’élite qualifié qui a accumulé des armes de la Seconde Guerre mondiale chez lui, a été arrêté en février 2014 dans le cadre de la tragédie, mais a ensuite été innocenté. Et un prisonnier irakien, connu sous le nom de MS, qui a été interrogé après avoir affirmé qu’on lui avait offert “une grosse somme d’argent” pour tuer des Irakiens vivant au Royaume-Uni. La police a également émis l’hypothèse, mais ne croit plus, que le tueur condamné Nordahl Lelandais était impliqué dans les décès. M. Lelandis a été condamné pour le meurtre d’un soldat de 23 ans et a avoué le meurtre d’une écolière de huit ans. Et en 2021, des détectives ont déclaré qu’ils enquêtaient sur un lien possible entre les meurtres et un gang maladroit de tueurs à gages basé à Paris. par l’antique Luger PO6 utilisé pour tuer les Al-Hillis. Les enquêteurs pensent que si le gang était impliqué, il serait plus probable que M. Mollier, qui travaillait dans l’industrie nucléaire, soit la cible principale, supposant également que sa vie personnelle aurait pu être à la source d’un mobile de son assassinat. Il était soudeur dans une filiale du groupe nucléaire Areva et avait récemment quitté sa femme pour une héritière avec qui il venait d’avoir un bébé. Comment se sont déroulés les événements le jour du massacre par balle en 2012 d’une famille britannique et d’un cycliste français dans les Alpes ? Dans la matinée du 5 septembre 2012, Iqbal, sa mère Suhaila et ses filles, Zainab et Zeena, ont été vues en train de cueillir des pommes ensemble . Vers 13h, la famille quitte le camping et se dirige vers le village de Chevaline. Après 15h45, un vétéran de la RAF a dépassé un autre cycliste sur une route très boisée au sud de Chevaline dans les Alpes françaises. Quelques instants plus tard, il s’est garé dans un parking et a trouvé M. Mollier allongé mort à côté de la BMW criblée de balles de la famille, dont le moteur tourne toujours et était en marche arrière. Il a aperçu Zainab blessée qui marchait vers lui avant de s’effondrer. Il l’a mise en position de récupération et a appelé à l’aide. Le cycliste a vu les cadavres de Saad al-Hilli, de sa femme Iqbal et de sa belle-mère Suhaila, à l’intérieur de la voiture, qui était fermée à clé. Chacun d’eux avait reçu deux balles dans la tête tandis que M. Mollier avait reçu sept balles. Vers 16h20, la police est arrivée mais n’a pas dérangé la scène du crime car des experts légistes de Paris étaient en route. Plus de deux douzaines de douilles usagées ont ensuite été retrouvées près du véhicule. Zainab a été transportée à l’hôpital de Grenoble tandis que sa sœur Zeena est restée cachée, recroquevillée sous les jambes de sa mère dans les pieds arrière pendant huit heures avant d’être découverte. Vers 23 heures, une famille qui campait à côté d’al-Hilli a déclaré à la police que le couple avait deux enfants menant à une mission de sauvetage impliquant des hélicoptères et des chiens de recherche pour retrouver Zeena. Un hélicoptère équipé d’une imagerie thermique a survolé la BMW mais n’a pas réussi à détecter Zeena. Vers minuit le 6 septembre, la police a finalement ouvert les portes du véhicule et a découvert la fillette de quatre ans recroquevillée sous les jambes de sa mère décédée.