J’ai un problème avec mon arsenal, doc : Bomb Squad est appelé à A&E où le patient s’est présenté avec un obus de la Seconde Guerre mondiale de deux pouces de large logé dans son rectum qui est arrivé quand il a glissé et est tombé dessus lors d’un nettoyage «Un homme s’est rendu dans une unité d’urgence du NHS avec un obus d’artillerie logé dans son rectum. L’homme a affirmé que l’incident s’était produit lorsqu’il a trébuché et est tombé sur l’obus. :20 GMT, le 3 décembre 2021 | Mise à jour: 03:58 GMT, 3 décembre 2021 Des techniciens de l’escouade anti-bombes de l’armée ont été envoyés dans un hôpital après l’arrivée d’un homme blessé avec un obus antichar de la Seconde Guerre mondiale logé dans son rectum. Les médecins ont appelé à l’aide d’un spécialiste après que l’homme se soit présenté à l’unité des accidents et des urgences de l’hôpital royal du Gloucestershire à Gloucester alors qu’il ne pouvait pas retirer l’obus de 57 mm. Le collectionneur militaire a affirmé que les munitions perforantes provenaient de son arsenal privé. Il a déclaré aux médecins que l’engin explosif de 80 ans s’était logé après avoir trébuché et est tombé maladroitement. L’escouade antibombe de l’armée a été appelée à l’hôpital royal du Gloucestershire à Gloucester après l’arrivée d’un patient avec un obus d’artillerie de 57 mm logé dans son rectum. L’escouade antibombe a été envoyée à l’hôpital par mesure de précaution au cas où l’obus d’artillerie serait dangereux. le sol, puis il a glissé et est tombé dessus – et il a remonté son ***. » Il souffrait énormément. Je pense qu’il a collectionné des souvenirs militaires. » La police a été appelée à l’hôpital, tout comme l’équipe de déminage de l’armée. Une deuxième source a déclaré au Sun: “C’était un coup solide. C’était un gros morceau de plomb pointu conçu pour déchirer le blindage d’un char. “C’était essentiellement un morceau de métal inerte, il n’y avait donc aucun risque pour la vie – du moins pour personne d’autre.” Un porte-parole de l’hôpital a confirmé “la sécurité pertinente”. les protocoles ont été suivis et il n’y a eu aucun risque pour le personnel, les patients ou les visiteurs. Le ministère de la Défense a ajouté qu’il avait envoyé l’équipe de déminage à la suite d’une demande de la police locale. Partagez ou commentez cet article :