Une mère et ses quatre enfants, dont une fille de cinq ans à peine, font partie des noyés lors de la tragédie de la Manche la semaine dernière. La famille kurde, qui vivait dans un camp sordide à Dunkerque avant de tenter la traversée, serait parmi au moins 27 migrants qui sont morts lorsque leur canot fragile a chaviré dans les eaux glaciales mercredi. Un ami du camp de Grande-Synthe a déclaré qu’ils espéraient être réunis au Royaume-Uni avec le père des enfants et qu’ils avaient été tellement excités par la perspective que ils lui avaient acheté un ours en peluche. La famille était originaire de Darbandikhan au Kurdistan irakien. Khazal Ahmad Khdir, 42 ans, voyageait avec son fils, Twana Mamand Muhammad Hussein, 19 ans, sa fille Hadya Rizger, 17 ans, son fils Mobeen, 15 ans, et sa fille Hasty, 5 ans. Ils ont quitté l’Irak il y a un mois pour la Turquie. De là, ils ont pris un bateau pour l’Italie avant de se rendre en France à l’arrière de camions, selon des amis du camp. Khazal Ahmad Khdir, 42 ans (photo à l’extrême gauche) voyageait avec son fils, Twana Mamand Muhammad Hussein, 19 ans, sa fille Hadya Rizger (photo à l’extrême droite), 17 ans, son fils Mobeen (photo au centre), 15 ans et cinq ans fille Hasty (photo du bas) Twana Mamand Muhammad Hussein, 19 ans (photo) fait partie des personnes portées disparues qui craignent la mort dans la tragédie de la chaîne. appels du bateau avant que leurs combinés ne se taisent. “Même dans le bateau, il y avait des appels téléphoniques”, a déclaré le parent. «Nous étions avec eux. Mais cette nuit-là, nous avons entendu des nouvelles de la noyade. «Nous n’avons pas eu de nouvelles d’eux depuis. Faites passer la nouvelle, nous recherchons des informations. » L’annexe condamnée a quitté la plage de Loon-Plage près de Dunkerque en emportant jusqu’à 30 personnes. Malgré les premières informations selon lesquelles il aurait été heurté par un navire plus gros, on pense maintenant que le canot a chaviré lorsqu’il a commencé à prendre l’eau et que ses occupants ont paniqué. Harem Pirot, 23 ans, originaire de Ranya, au Kurdistan irakien, se serait noyé lorsque le canot transportant jusqu’à 30 migrants a chaviré dans la Manche mercredi. qui aurait été tué dans la tragique tentative de traversée de la Manche. Il est apparu vendredi que l’étudiante kurde Maryam Nuri Muhammadamin figurait parmi les morts. La jeune femme de 24 ans, connue sous le nom de Baran, espérait retrouver son fiancé à Bournemouth. Une autre femme kurde, appelée Mahabad, 23 ans, d’Erbil, aurait également fait partie des victimes hier, tout comme Bryar Hamad Abdulrahman, 24 ans, également d’Erbil. La mère de Bryar, Shukrya Bakr, 44 ans, a déclaré aux médias kurdes qu’il lui avait dit au téléphone : “Je vais reprendre mon appel téléphonique avec vous de l’autre côté de [the Channel], inchallah [God willing]. “C’était la dernière fois que je lui ai parlé.” D’anciens camarades de camp à Dunkerque ont suggéré trois autres noms pour les victimes, qui avaient chacune payé environ 3 000 £ pour une place sur le bateau. Il s’agissait de Rezhwan Yasin, Mohammed Kader et Zanear Mustafa de Ranya au Kurdistan irakien. Un migrant somalien appelé Abdul Wahab, 23 ans, serait également décédé. Son frère Muse, 22 ans, a déclaré: “Je suis tellement triste. J’ai dû le dire à notre mère en Somalie et elle a pleuré et pleuré. Je ne sais pas comment elle s’en sortira. Bryar Hamad Abdulrahman, 24 ans (photo), ferait également partie des 27 morts dans la Manche mercredi. Muhammed Hussein ferait également partie de ceux qui seraient morts à la suite de l’échec de la traversée de la Manche. Des détectives de l’équipe française du crime organisé dirigent l’enquête et craignent que le nombre de morts ne s’alourdisse davantage. Les deux seuls survivants, un Kurde irakien nommé la nuit dernière Mohammed Shekha, un berger de 21 ans, et un Somalien nommé Omar, âgé d’une vingtaine d’années, ont décrit des scènes de ‘ panique de masse ‘aux officiers alors que le canot commençait à se dégonfler. Cela survient alors que des passeurs ont dit à une famille de migrants que Deniz Ahmed Mohammed, 27 ans, avait atteint le Royaume-Uni en toute sécurité. ‘Je l’ai mis à l’intérieur la nuit dernière et ils ont atteint l’autre côté. Dites à votre famille de ne pas s’inquiéter », a déclaré le chef de gang. sa famille comme Baran, comme l’un de ceux qui sont morts le jour le plus meurtrier de la crise migratoire. L’étudiante aurait tenté de rejoindre son fiancé, qui vit déjà en Grande-Bretagne, comme son cousin l’a exhorté les gouvernements britannique et français aider les gens à se réinstaller plutôt que de “les forcer à emprunter cette voie de la mort”. Krmanj Ezzat Dargali a déclaré à Sky News: “La situation est tout simplement horrible”. C’était une femme dans la fleur de l’âge. « Je comprends pourquoi tant de gens partent pour une vie meilleure, mais ce n’est pas la bonne voie. C’est la route de la mort.’ Parmi ceux qui sont morts figuraient également Harem Pirot, 25 ans, et son ami Twana Mamand Muhammad, tous deux originaires de Rayna en Irak, selon The Observer. M. Pirot avait essayé d’atteindre l’Angleterre pour rencontrer son frère Anwar, un diplômé de Sheffield vivant à Cambridge. L’Observer a également déclaré qu’il y avait une famille de la ville kurde irakienne de Darbandikhan – Khazal Hussein, 45 ans, et ses enfants Haida, 22 ans, son fils Mubin, 16 ans, et sa fille cadette Hasti, sept ans. Le mari de Mme Hussein , Rezgar, a déclaré: «Ma femme et mes enfants n’étaient pas satisfaits de notre vie ici. Ils voulaient que nous allions tous au Royaume-Uni. «Je leur ai dit que je ne pouvais pas venir à cause de mon travail de policier. Je le perdrais. Ils ont insisté pour y aller alors j’ai accepté que je les rejoindrais s’ils réussissaient, et s’ils ne le faisaient pas, ils pourraient revenir. Je n’ai jamais su que c’était risqué.